12.11.2013

Des mots doux pour l'automne qui n'en finit pas de resplendir!

 

pensée du jour, citation, Christian

L’éclat de l’automne dans tes yeux

 

pensée du jour, citation, ChristianLa veinette de tes cils abrite ton regard

Ombre de fils noirs sa transparence

Le cache au plein soleil goguenard

Ivre de trop d’indécence

 

Le sondant, j’entrevois l’automne

D’un point noir des rayons irradient

Lumineuses fibrilles qui me donnent

L’envie de m’immiscer dans ses plis

 

pensée du jour, citation, ChristianD’infimes points dorés l’effleurent

J’aperçois le vert d’une forêt au loin

Des sapins, l’ocre de la terre

Sur laquelle dansent des lutins

 

Féerie de tes yeux grands ouverts

Magie d’une palette flamboyante

Ecarlate, jaune, orangée, offerte

pensée du jour,citation,christianA mon regard de connivence

 

J’en cueille les fruits, les marrons,

Les noisettes, je m’abreuve du nectar

Des raisins, m’enivre des tons

Eblouissants de cet automne, phare

 

Dans le brouillard de ma vie

Merveilleuse lueur, ma douce amie


ce poème a été sélectionné sur un site, je vous l'offre!

Vous pouvez le retrouver sur welovewords avec le pseudo Yoda

En cliquant sur le lien ci-dessous, où d'autres textes sur divers sujets peuvent être lus!

http://welovewords.com/documents/leclat-de-lautomne-dans-... 

N'oubliez pas de fêter les Christian!

06:00 Écrit par pennautier dans Blog, poème, chant | Tags : pensée du jour, citation, christian | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

25.10.2013

Patrice Merelle, poète partage "Du temps de la solitude automnale"

Dans le brouillard de ma folie

Patrice Merelle, poète, auteur, automne, Crépin

Se cache un hameau qui paraît

Comme un joyau qui me délit !

Dans l’exhalaison de l’automne

Qui a vu mourir notre été

J’abandonne -comme cet homme-

Patrice Merelle, poète, auteur, automne, CrépinTous ces désirs, d’un cœur qui brise

Ô automne maudit, cruel

Qui dans l’invective me grise !

J’ai ouvert toutes les fenêtres

De mon corps, automne si frêle

Gorgé du râle de mon être.

Et je pars déjà à l’assaut

Dans le brouillard, va !

Silhouette,

Patrice Merelle, poète, auteur, automne, CrépinL’hiver m’attend – si froid, si beau-

Un poème pour ma bohème

Ô automne maudit, je fête

Ton retour qui me rend si blême.

Automne je t’aime

Automne qui me blesse

Automne je t’aime

Oh, toi qui me délaisse.

© Patrice Merelle 29-08-2013

 

 

*******


Une bonne fête aux Crépin!

06:00 Écrit par pennautier dans Blog, poème, chant | Tags : patrice merelle, poète, auteur, automne, crépin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18.10.2013

Patrice Merelle partage avec vous un poème, Verlaine automnal

 

Patrice Merelle, poème sur l'automne

Verlaine automnal

Voilà que s’installe dans mon cœur, lentement

Les pas feutrés de l’automne, où mes yeux

Patrice Merelle, poème sur l'automneContemplent le vent sur les feuilles, soufflant,

J’apostrophe Verlaine aux vers brumeux,

Oh ! Automne, délicieuse saison aux couleurs

D’ocre ténébreux et de rouge éclatant, s’ouvre

Comme horizon aux tableaux enchanteurs,

Et des pluies que les pinceaux des peintres recouvrent

D’un trait délicat, je remarque les champs humides,

Où l’âme moribonde vagabonde d’un visage livide,

Certains regards attristés s’enivrent de parfums

Patrice Merelle, poème sur l'automneInsolites, comme des senteurs de champignons bruns.

Et les terres s’abreuvent des caprices de la pluie

Qui envahit le matin jusqu’à la tombée de la nuit,

Déjà les oies cendrées repartent coloniser d’autres cieux, J

e contemple quelques indiscrets amants bienheureux.

Alors, sillonne un sourire et dépose dans les feuillages

Mes yeux vagabonds pour m’étonner et encore rêver,

Il suffit juste d’aimer et de se laisser transporter

Le temps d’une saison, dans les petits riens d’un autre âge.

© Patrice Merelle 05-10-2013

06:00 Écrit par pennautier dans Blog, poème, chant | Tags : patrice merelle, poème sur l'automne, luc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

01.05.2013

Un petit brin de muguet m’a dit

 

poème, muguet, 1er mai, porte bonheur

Viens sous ma jolie clochette te mettre à l’ombre petite fourmi

Mais si tu manges ma blanche corolle, on ne sera plus amis

Belle coccinelle mets du rouge éclatant sur ma robe immaculée

Je paraitrais plus belle, un instant, ce point sur moi, posé

 

poème, muguet, 1er mai, porte bonheurEt toi, beau papillon, rejoins tes ailes, étales-toi sur mes fleurs

Je me balancerai ; ma longue hampe ploiera de bonheur !

Ah voilà mes amies les abeilles, voyez mes belles grappes

Vous pouvez butiner sans fin, mai, c’est le mois des agapes

 

Tous les insectes du jardin, rampez sous mes larges feuilles

La terre y est si bonne et la fraîcheur bien meilleure

Toi… oui toi regarde où tu marches, grand dadais que tu es

Tu écrases le tapis ciselé du plus beau mois de l’année

 

poème, muguet, 1er mai, porte bonheurAïe, doucement, quand tu me cueilles, tu abîmes mes brins

Là, c’est mieux, à présent ferme les yeux, approche ta main

Respire ! Quelle délicate odeur mes clochettes renferment !

Fais-en de jolis bouquets, offre les à ceux que tu aimes

 

N’oublie pas que je porte bonheur et tu l’as peut-être oublié

On m’appelle le lys de mai ou mieux encor le lys des vallées

poème, muguet, 1er mai, porte bonheur

http://www.welovewords.com/yoda

Il est passé par la aussi le joli petit brin de muguet! Il attend des coeurs...

11:20 Écrit par pennautier dans poème, chant | Tags : poème, muguet, 1er mai, porte bonheur | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

10.11.2012

Gran de rasim... Grain de raisin

poème, occitan, chantUne magnifique ode au raisin!

Admirable obratge de nòstra maire, la tèrra, lo rasim se daissa admirar sens vergonha.

Nais a l’ombra del fulham, espèra pacientament que lo solelh fague son òbra e grossís.

Puèi, amadura e consentís a reçaupre quauquas gotas d’amor.

Admirable ouvrage de notre mère, la terre, le raisin se laisse admirer sans vergogne.

Il naît à l’ombre d’un feuillage, attend patiemment que le soleil fasse son œuvre et grossit.

Puis, il mûrit et consent à recevoir quelques gouttes d’amour.

Fresc e leugièr coma cal, se vòl plan daissar conquistar e, fièr de son fais, accèpta l’apròchi.

poème, occitan, chantLas mans lo sasisson, son chuc raja entre los dets e sucra la pauma.

Les mains le saisissent, son jus coule entre les doigts et sucre la paume

Gouleyant à souhait, il daigne se laisser conquérir et fier de son fardeau, il concède l’approche.

Los cants son dintrats dins la vinha e dins un aimable desòrdre, l’ardor de l’òme esclaira la soca.

Son trabalh es acabat, las fuèlhas van virar al roge e l’aire vendrà fresc.

poème, occitan, chantLo solelh apasimarà sa corsa e farà freg. Anem, es ora de dintrar.

Les chants sont entrés dans la vigne et dans un aimable désordre, l’ardeur de l’homme éclaire le cep.

Sa tâche est terminée, les feuilles vont rougir et l’air deviendra frais.

Le soleil calmera sa course et il fera froid.

Vraiment, il est temps de rentrer…

Rasim… raisin…

Texte francés : Catherine Genevois-Jacob (in ÒC-Les Vignerons) / revirada occitana : Alan Roch

11:30 Écrit par pennautier dans Occitan, poème, chant | Tags : poème, occitan, chant | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |