13.04.2014

Les coulisses de l’histoire - Circuit motos de Candie Toulouse - Dominique Baudis, Daniel Pescheur, Yves Mourousi, Pierre de Caso,

circuit motos de Candie Toulouse, Dominique Baudis, Pierre de Caso, Daniel Pescheur, Yves Mourousi,

circuit motos de Candie Toulouse, Dominique Baudis, Pierre de Caso, Daniel Pescheur, Yves Mourousi,A l’annonce du décès de Dominique Baudis, Pierre de Caso se souvient de sa rencontre avec celui qui fut maire de Toulouse.

C’était il y a plus de 30 ans lors de l’inauguration du circuit de motos de Candie.

Un casque blanc sur la tête, il a fait découvrir sur sa moto Honda 1100 R, le circuit de Candie à Dominique Baudis.

Derrière, Daniel Pescheur de la police nationale, spécialiste du Paris-Dakar, qui avait organisé l’entrevue, transportait le très célèbre monsieur Moto de TF 1, Yves Mourousi.

Le toulousain, Pierre de Caso, ami de Daniel Pescheur aime la moto depuis l’âge de 14 ans.

Il est parti à l’armée avec une 100 cm3 Peugeot.

Dans son garage, car il est Pennautierois depuis de nombreuses années, des bijoux sont entretenus et bichonnés, trois motos, une série 2 600 cm3, une série 5 750 cm3 et une série 7 1000 cm3 des années 1955 et 1975.

circuit motos de Candie Toulouse, Dominique Baudis, Pierre de Caso, Daniel Pescheur, Yves Mourousi,Elles côtoient un cabriolet, car Pierre, passionné, restaure aussi les voitures anciennes.

A près de 80 ans, il est devenu le spécialiste des BMW.

Il a sa carte de membre au Club des 5 A, c’est dire !

Pierre a perdu son ami Daniel Pescheur, le circuit Candie porte son nom à présent, Yves Mourousi n’est plus de ce monde et maintenant Dominique Baudis, tout un pan du passé qui s’en va laissant des souvenirs heureux qui font place à la tristesse.

Pierre de Caso connaissait bien le père de Dominique Baudis, Pierre Baudis qui fut maire de Toulouse avant son fils.

Pierre de Caso a toujours le casque blanc qu’il avait coiffé lors de l’inauguration du circuit de Candie, Dominique Baudis sur la moto, derrière lui, pour un tour de piste de reconnaissance avant les pétarades joyeuses des nombreux motards qui allaient l’emprunter.

circuit motos de Candie Toulouse, Dominique Baudis, Pierre de Caso, Daniel Pescheur, Yves Mourousi,

25.10.2013

Au revoir Jean-Marie !

Jean-Marie Esteve, hommge, vie,

« Un homme simple, mais ô combien attachant » « Un « personnage » de Pennautier vient de disparaitre et avec lui, un pan de notre histoire » Christian Bourrel, parlait de Jean-Marie, issu d’un milieu très modeste, fils unique, choyé par ses parents.

Jean-Marie Esteve, hommge, vie,« Quand Jean-Marie a été appelé sous les drapeaux pour rejoindre l’Algérie, ce fut un déchirement pour eux, tous ses voisins l’ont accompagné jusqu’au pont : il est parti à pied, vers la gare de Carcassonne, et ce fut la première et la dernière fois qu’il partit aussi longtemps de son village…

A son retour, il travaille comme ouvrier agricole à Paret-longue, 12 ans, puis chez Fabre matériaux, 5 ans, et à l’entreprise Roblot, à Carcassonne, 14 ans… Ensuite, il fut un employé modèle à la mairie.

Cet homme vaillant, honnête, serviable et toujours de bonne humeur, certains, que je qualifierai d’ignobles, ont profité de lui et de son penchant pour l’alcool, pour en faire un souffre douleur en l’incitant à boire toujours plus et en le ridiculisant, en l’humiliant au cours de manifestations honteuses…

Jean-Marie, j’ai recousu son crane et son corps, maintes et maintes fois, à toutes heures de la nuit, parfois sous la pluie et dans la boue des ruisseaux de l’ancienne allée de Pennautier… Un jour de 1975, il fait une crise de délirium tremens.

Jean-Marie Esteve, hommge, vie,Constatant la gravité de la situation, je lui dis : « Vous voyez, Jean-Marie, à force de faire l’imbécile, vous allez en mourir » … A l’hôpital, il me dit « Christian, je ne boirai jamais plus, j’ai eu trop peur de mourir »…

Il tint parole, car jamais plus il ne but une goutte d’alcool ! Nous nous sommes racontés cette histoire maintes et maintes fois, et j’étais très fier de lui, qui a donné la pleine mesure de ses qualités humaines et de la force de son caractère…

Hélas, sa résistance exceptionnelle vient d’être vaincue par une insuffisance respiratoire qui l’a bien fait souffrir pendant plus de deux mois… Toujours le sourire, jamais en colère, toujours serviable, du club de pétanque, aux anciens combattants ou au club des Aînés…en passant par les fantastiques parties de chasse avec son autre ami Sylvain Cavailhés…

Jean-Marie Esteve, hommge, vie,Il a eu la chance de vivre quelques années avec Louise, sa compagne, qui prenait grand soin de lui… Quand elle a quitté notre monde, deux voisins se sont occupés de lui, Monsieur et Madame Authier, comme une famille, l’amenant en vacances dans tous les coins de France, et le recevant à table régulièrement… Merci !

De nombreux habitants du village le portaient en estime, mais il en est un pour qui notre ami avait une admiration sans borne : c’est Yves Raynaud.

Rien ne se faisait sans son avis, et je sais, Monsieur Raynaud combien cette disparition vous touche, vous qui avez mis en ordre la maison de Jean, et ce n’est pas peu dire au niveau du travail et de l’émotion… Jean-Marie n’avait plus de famille…

Il n’avait que des Amis : vous tous… Personne ne recevra de condoléances, pour la bonne et simple raison que nous sommes tous en deuil… Repose en Paix, mon Ami Jean-Marie… »

Jean-Marie Esteve, hommge, vie,

11:20 Écrit par pennautier dans aînés, Blog, portraits | Tags : jean-marie esteve, hommge, vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

09.03.2013

30 ans d’ancienneté et une belle surprise pour Maryline

anniversaire, fête, travail,

C’était le 1er mars 1983.

anniversaire, fête, travail, Maryline Pailhès, sur les recommandations de M. Pierre Gibert d’Aragon qui connaissait son sérieux dans le travail, entre au cabinet dentaire de Gérard Cavailhès, sis 5 rue Jean Richepin. Maryline a évolué au cour de sa carrière, notamment avec les nouvelles technologies auxquelles elle s’est adaptée sans problèmes.

Le cabinet a déménagé au 33 rue Marcel Pagnol. Plus grand, trois praticiens offrent leur savoir faire dans les locaux. Si Maryline est à la fois assistante dentaire et secrétaire, elle a également assumé son rôle de maman.

Deux filles Marianne et Karine qui à leur tour lui ont donné des petits enfants, trois chacune ! Que du bonheur pour cette jeune grand-mère.

Le 1er mars 2013, 30 ans plus tard, jour pour jour s’étonnera-t-elle, le docteur Gérard Cavailhès avec son épouse et ses enfants lui réservait une charmante surprise au restaurant Le Shalouna.

anniversaire, fête, travail, Tout le monde était là, ses enfants, petits enfants, famille, amis très chers, les dentistes, les prothésistes, les bras chargés de cadeaux qu’elle découvrait au fur et à mesure.

L’émotion était grande pour Maryline quand le docteur Cavailhès la félicitait pour ses compétences, sa disponibilité, son dévouement et son sourire dont elle ne se départit jamais, quoi qu’il arrive.

Quelques larmes qu’elle essayait de retenir ont roulé sur ses joues… vite refoulées, la soirée était aux réjouissances.

D’ailleurs, les tapas appétissants circulaient de mains en mains et les verres de vins du Cabardès commençaient à se remplir.

Maryline pouvait veiller et faire la fête, il y avait tout le week-end pour se reposer avant de reprendre ses fonctions en début de semaine !

anniversaire, fête, travail,

11:15 Écrit par pennautier dans anniversaires, fêtes, portraits | Tags : anniversaire, fête, travail | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

03.02.2013

Salut !

décès, sépulture, cérémonie, église

Ta façon de dire bonjour ! Un bref salut, suivi d’un éclat de rire.

Il va nous manquer.

Mine de rien, tu étais partout à la fois.

décès, sépulture, cérémonie, égliseSi on fait le bilan de ta vie, le mot est exact, tu ajustais les comptes en fin d’année.

Comptable chez Peugeot, tu as continué sur ta lancée, la retraite venue en t’investissant dans les restos du Cœur avec la place de trésorière régionale.

L’hiver tu te rendais dans les locaux de Carcassonne tenir la compta et distribuer la nourriture aux nécessiteux.

Tu y étais encore il y a quelques jours…

Tu assistais à l’assemblée générale des aînés du village où tu tenais la comptabilité depuis 5 ans, c’était le 9 janvier.

Tu as vu un de tes rêves se concrétiser lorsque l’association « Lo camin de la lova » s’est créée suite au projet accepté par l’Europe Tertrob et tu étais au conseil d’administration et trésorière…

Les 20, 21 et 22 juin, on aura une pensée pour toi lors de la fête médiévale, toi qui souhaitais qu’il s’en déroule une à Pennautier comme au Puy du fou…

J’allais oublier, tu faisais aussi la collecte des bouchons qui finançait les fauteuils pour les handicapés avec David Douillet…

décès, sépulture, cérémonie, égliseTu es allée rejoindre Gérard, ton mari, avec qui tu animais la fête du village au comité des fêtes… l’été dernier, tu tenais la caisse de Pennautier en fête …

Tu partais en cure chaque année à Ax les Thermes où vous campiez Gérard et toi, comme un pèlerinage…

De même, tu faisais un voyage avec tes amis d’Eggenfelden au mois de mai, chaque année, les premières avec Gérard…

Tu trouvais le temps de lire, de faire des mots fléchés, des puzzles…

Tu ne ratais pas un Estanquet des amis de Fasetz la Lenga à Aragon ni aucune manifestation de l’I.E.O., d’ailleurs tu maîtrisais parfaitement cette belle langue qu’est l’Occitan.

Tu racontais des anecdotes avec beaucoup d’humour transmises par ta maman pour la plupart…

Lors de la cérémonie d’adieux, Andrée, Monique et Georges tes enfants étaient là, tes petits enfants aussi qui ont fait ta joie.

La porte des étoiles s’est ouverte pour toi qui adorais le feuilleton Stargatte… et bien d’autres choses encore…

Salut Aimée !

décès, sépulture, cérémonie, église

13:05 Écrit par pennautier dans Blog, cérémonies, portraits | Tags : décès, sépulture, cérémonie, église | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

26.04.2012

Ouverture d'un nouveau salon de coiffure "Elo'Brush"

Elo Brush salon Elodie.JPGCouper, tailler, dégrader…

Mais surtout, ciseler, façonner, modeler, découper… C’est ce qu’Elodie va entreprendre : rehausser les contours d’un visage en révélant le caractère d’une personne pour mettre en valeur les traits de sa personnalité.

Petite fille Brivady, famille Pennautiéroise bien connue, elle noue des liens privilégiés avec Mr Marmigère Renaud petit fils de la famille Bigot, Pennautierois d’adoption depuis de nombreuses années.

Après des études à l’école de coiffure privée KL située square Gambetta puis au CFA de Lézignan, sa passion se révèle.

Elodie aime couper les cheveux, mais avant tout elle construit les coiffures en tenant compte de la structure des visages, de l’ovale, de la physionomie.

D’un coup d’œil elle englobe la personne qui souhaite changer de « look », mesure les courbes de son visage, et sous ses doigts, la transformation est surprenante.

Car Elodie est styliste et visagiste, ne l’est pas qui veut ! De plus, un brevet l’atteste.

Mercredi 2 mai, le salon « Elo’Brush » ouvrira ses portes au 35 boulevard de Varsovie à Carcassonne, le lundi après midi de 14 à 19 heures et du mardi au samedi de 9 h à 19 heures, sans interruption.

Dès à présent, il est possible de prendre rendez-vous en téléphonant au 04.68.47.50.06 ou au 06.26.80.85.89.

Essayez, vous l’adopterez, d’autant que la détente sera parfaite… pas de problèmes pour se garer, le boulevard est grand…

On ne peut que lui souhaiter une belle réussite…

08:46 Écrit par pennautier dans Blog, portraits | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

22.04.2012

Un Indien au village

Jean-Marie Estève.jpgPourquoi l’Indien ?

Il ne le sait pas. C’était comme ça. Un surnom somme toute sympathique que les copains avaient donné à Jean-Marie Estève. « Peut-être à cause de la casquette que je porte toujours à l’envers ?».

Il est revenu à Pennautier, une fois la retraite sonnée, village où il est né en 1928, place du Coustou.

Fils unique, sa maman, au foyer l’a choyé, tandis que son papa se rendait tous les jours à la gare où il était cantonnier aux chemins de fer.

Clairon dans l’armée, il est premier clairon au Réveil Carcassonnais, à Pezens, Villegailhenc, Conques et à Pennautier où il jouait lors des cérémonies au Monument aux Morts, lorsque le maire était M. Huon.

Jean-Marie Estève (2).jpg« Des souvenirs des années en arrière » soupire-t-il. Il était fossoyeur à Carcassonne et il a terminé sa carrière à la mairie de Pennautier en tant qu’agent d’exploitation.

Mais, le week-end, Jean-Marie était le soigneur des équipes de rugby à XIII à St Jacques dans les années 80 et à Pennautier où il s’occupait des cadets et des juniors.

« Ce dont je me souviens le mieux » raconte-t-il avec malice, « C’est de la 3ème mi-temps, à l’époque de jean Barthe. Il y avait aussi Robert, Galou, Nédo, gayraud et bien d’autres »…

« Une fois que nous avions bien chaud, nous faisions chauffer une aiguille à coudre, à blanc. On la passait dans le lobe de l’oreille et une fois le sang pris, on aurait dit un tatouage."

Jean-Marie Estève (3).jpg« On ne sentait rien, ils font la même chose pour les boucles d’oreille et les piercing, et l’aiguille est plus grosse ! ».

Les petits points devenus bleus sont toujours visibles, semblables à l’encre de la même couleur. Ils forment comme une fleur, une espèce de bleuet sur l’oreille gauche.

A présent, Jean-Marie Estève joue la 4ème mi-temps en partageant ses loisirs entre les parties de belote, la pêche, la chasse et la pétanque à l’ombre des platanes et de bons repas au club des aînés.

Que du bonheur ! Bonne retraite !

10:05 Écrit par pennautier dans portraits | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

08.04.2012

Le docteur Claire Fourcade de la clinique Les Genêts à Pennautier

« Ils sont en vie ! »

Dr Claire Fourcade.jpgClaire Fourcade, médecin, travaille depuis 10 ans dans une équipe mobile de soins palliatifs à la clinique « Les genêts » aux alentours de Narbonne.

Cette équipe prend en charge plus de 350 nouveaux patients par an dont la moyenne d’âge se situe autour de 65 ans pour une durée qui peut aller de quelques heures à plusieurs années.

Le docteur Fourcade était l’invitée de l’association pour le développement des Soins Palliatifs dans l’Aude. Devant des membres du corps médical et des bénévoles, Claire Fourcade répondait à chacune des questions suscitées par son livre « 1001 vies en soins palliatifs ».

« Depuis quelques années, je passe au tamis de l’écriture, l’or des rencontres qu’il m’est donné de faire ».

Dr Claire Fourcade (1).jpgElle a écrit cet ouvrage pour chacun de ceux avec qui elle fait équipe et partage « tant de richesses, tant de peines, de souffrance et de plaisir, de mort, mais surtout de vie dans le travail et les instants partagés. »

Se souvenir des noms, des visages, retenir de façon intense ou brève leur histoire, chacune très particulière, singulière, créer des liens de confiance et un sentiment de sécurité… soulager les souffrances physiques et morales, la douleur totale… Difficile,

« Ici, chaque homme est un roman ».

Chaque année, toute l’équipe se rend « à La Mecque des soins palliatifs :

Dr Claire Fourcade (3).jpg- « le St Christopher’s Hospice de Londres », la toute première unité de soins palliatifs créée en 1967 fondée par Cicely Saunders qui deviendra une référence dans le monde entier.

« Ils ne sont pas en fin de vie, ils sont en vie ! » affirme Claire Fourcade qui reconnaît qu’en équipe on est plus attentifs et forts pour resserrer des liens et laisser ensemble « la souffrance à la porte ».

L’ASP se situe au premier étage, 2 rue Jean Moulin à Pennautier Tél : 04 68 72 68 96

10:17 Écrit par pennautier dans portraits | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |